AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Kiryûu Seiren, chanteuse

Aller en bas 
AuteurMessage
Kiryûu Seiren
Madly Blooming Princess
avatar

Nombre de messages : 217
Age : 30
Age du protagoniste : 20 ans
Date d'inscription : 13/04/2008

Identité
Rang: Chanteuse
Yens: 2.000.000
Santé:
95/100  (95/100)

MessageSujet: Kiryûu Seiren, chanteuse   Mar 15 Avr - 7:28

Nom : Kiryûu
Prénom : Seiren

Nom de scène : Shirase Yûko
Surnom(s) : Madly Blooming Princess

Nationalité : Japonaise

Clan : Aucun officiellement, bien que la major qui la finance soit, en réalité, subventionnée en grande partie par le clan Shukon

Age : 20 ans
Métier : Chanteuse
Orientation sexuelle : Le sexe de la personne importe peu à dire vrai.

Rang souhaité : Madly Blooming Princess

Description physique : Cela commence avec la délicatesse d’un visage taillé en ovale, la couleur encre de deux yeux en amande, les lèvres finement ourlées d’une bouche maquillée de rouge à la manière des geishas et le sourire qui creuse une fossette délicieuse. Mais c’est aussi de longs cheveux ébène qui tombent sur elle comme une étole de soie. Un étrange bouclier à dire vrai qui, plutôt que de dissimuler, souligne la courbe à peine marquée de sa poitrine, la blancheur plus laiteuse que blâfarde de sa carnation et la petitesse de sa personne.

Ainsi donc, si Seiren est plaisante selon les canons actuels, ce n’est pas la beauté kawai des Idols ou celle, plus moderne, d’une Anna Tsuchiya qui marque chaque parcelle de la demoiselle. La japonaise semble plus être de ces fleurs élevées sous serre et pourvues d’attraits délicats, raffinés. Une beauté savante, travaillée et soignée.

Description psychique : Il y a Kiryûu Seiren et il y a Shirase Yûko. Celle qu’elle est dans l’intimité, et celle que tout le monde connaît et admire.

Yûko a dépassé le stade d’Idol. Elle n’a plus vraiment l’âge de toute façon, et la scène l’a élevée au rang d’artiste. Certains disent que c’est grâce à son talent musical et surtout grâce à sa persévérance. Yûko est donc un modèle à suivre pour toutes les adolescentes déboussolées : elle est courageuse, douce et généreuse, elle milite pour la paix dans le monde et les enfants gravement malades, elle travaille énormément mais trouve toujours un peu de temps à donner à ses fans. Bref, elle est tellement parfaite que ça en deviendrait presque lassant. Mais le grand public se satisfait de cette superficialité.

Creusez un peu, essayez de la surprendre dans son appartement au petit matin (ou dans la chambre d’hôtel où son label la cache) et vous découvrirez Seiren. Seiren qui gît dans son lit comme un cadavre échoué là par on ne sait quel miracle. Le regard cerné, le teint plus pâle qu’à l’ordinaire et les traits tirés, elle vient de se réveiller et fume déjà un joint. Cette fois, aucun escort boy ne lui a tenu compagnie pendant la nuit. Niya, son assistante, est soulagée. Découvrir un homme nu sous les draps blancs de la chanteuse la gêne toujours. Pourtant, ce n’est pas non plus comme si c’était rare. Oui, c’est vrai : parfois, c’est une femme.

Vous l’avez compris, Seiren n’est pas bien sous tous rapports. Elle ferait même partie de ces personnes que les japonais évitent soigneusement et pointent du doigt comme on signerait une croix pour éloigner le Malin. Et c’est ce qu’ils feraient s’il n’y avait pas tout le staff technique pour la protéger des tabloïds.

Signe(s) particulier(s) : Sa voix bien entendu. Certains pensaient même qu’elle était half-half au début jusqu’à ce qu’elle le démente elle-même.

Buts : Monter le plus haut possible. Toujours plus. Et lorsque ça ne sera plus possible : sauter dans le vide.

Arme de prédilection/Style de combat : Aucun. Seiren ne combat pas, elle serait plutôt de ceux qui se laissent tuer sans sourciller. Assez effrayant à bien y penser.

Devise ou citation : Ce qui compte, c'est la course.
C'est ce qu'il disait toujours : ce qui empoisonne l'existence, c'est de trop penser à la ligne d'arrivée, on aura bien le temps d'y penser, quand on aura perdu, ou quand on ne pourra plus courir.

Histoire :



Kiryûu Seiren.
Okinawa l’a vue naître, elle ainsi que son frère jumeau, Tetsuya, un 7 juillet 1988 à l’occasion de la fête de Tanabata.

Très tôt, les deux enfants sont immergés dans le monde de la musique. Leur mère, violoncelliste, les inscrit dès leur plus âge dans un conservatoire. Si Tetsuya se montre surprenant au piano, Seiren, au contraire, ne semble démontrer aucun talent musical particulier.
Ce n’est que pendant l’année de ses 11 ans, en découvrant KOKIA et Aishiterukara que la jeune fille trouvera sa voie : elle chantera. Ca, et rien d’autre.

En compagnie de son frère, elle s'inscrit donc à l'Okinawa Actors School, la même qui a accueilli bon nombre de ses consœurs aujourd'hui célèbres au Japon. Durant leurs études, ils montent un groupe avec deux de leurs camarades : Bloody Rose. Mais avec sa voix particulière, Seiren semble trop décalée de l’univers visual kei qu’a voulu créer le groupe et ils n’enregistreront qu’un disque en indépendant avant de sombrer dans l’oubli et se dissoudre, un an et demi plus tard.

C’est au cinéma que le grand public découvre Seiren, à l’âge de 17 ans. Le rôle de la geisha Yûko Shirase, « the Madly Blooming Princess » marquera tellement les esprits que les gens ne l’appelleront plus que comme ça par la suite. De là, elle enchaîne les contrats et sort dans la foulée son premier single, puis son album Chlorinated Stars, un an plus tard, avec une major. Afurenbakari no Ai, une ballade dédiée à Tetsuya, entre même dans l’Oricon, bien qu’il ne parvienne pas à atteindre les sommets des classements.

Un an plus tard, son frère Tetsuya décède de sa maladie. Et sa mort inspirera à Yûko l’un de ses plus beaux morceaux : Kuroi Namida qui entre d’office dans le Top 20 de l’Oricon.

« Je trouve la force de continuer en chantant. » confiera-t-elle à un journaliste.


Et en effet, depuis, Yûko enchaîne les succès avec ses morceaux mélancoliques.
Mais tout ce que vous venez de lire, ce sont que les foutaises qu’on trouve dans les fansites.


Inventaire :
- Amoureuse du mythe de la geisha et des costumes traditionnels, Seiren s’est constitué une garde-robe remplie de kimonos et yukatas en tous genres. Mais puisqu’elle ne peut pas toujours se promener en habit traditionnel, elle a fait faire un nombre incalculable de vêtements qui s’en inspirent. Vestes, robes courtes et kimonos modernisés pullulent donc dans ses armoires, le tout accompagné par plusieurs paires de chaussures. Des Geta plus ou moins hautes, des Okobo et ses préférées, les Vivienne Westwood.
- Un anneau d’argent au majeur qui est la seule chose qu’elle ait gardé de Tetsuya. Dans la vie courante, c’est l’unique bijou que porte Seiren.
- Dans son sac à main Akiza : un carnet à la couverture claquante et peu discrète fournie par le label (il paraît que c’est plus dans le genre de Yûko que le bloc-notes démembré qu’elle avait autrefois) et le criterium kawaii qui va avec (fourni aussi par la major) ; une paire de lunettes de soleil, un porte-feuille (Akiza également) et tout ce que ça peut contenir en temps normal (cartes de crédit, monnaie, pas mal de papiers que Seiren ne regarde jamais), le dernier MP3 tactile de Samsung, un lecteur de minidisques Sony, un téléphone portable Sony Ericsson S500i noir et quelques autres objets sans importance.
- Une ombrelle lorsqu’il y a trop de Soleil : Seiren aime garder le teint pâle et de toute façon, ça fait partie du contrat avec la major de tout faire pour ne pas prendre de couleurs. Elle a en a une collection également, allant de l’ombrelle de dentelle (qui ne sert à rien sinon à faire joli) jusqu’à l’ombrelle en papier coloré.
- Pour ce qui est de la voiture, la jeune femme ne conduit pas. Mais le label lui a payé une Honda Jazz grise, réputée pour être respectueuse de l’environnement (l’image avant tout et à n’importe quel prix comme on dit…)

[Vous aurez tous remarqué Kuroi Namida, citée dans l'histoire. C’est un morceau d’Anna Tsuchiya (inspi’ BLAST) écrit pour la série NANA d’Ai Yazawa. Si je n’ai pas le droit l’inclure, ce que je conçois, je remplacerai le nom de ma chanson. ^_^ C’est juste qu’elle est trop belle. *o*]


Dernière édition par Kiryûu Seiren le Jeu 17 Avr - 12:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://digital-illusions.forumactif.org
Sawada Kioshi
~ Kurushimi No Bara ~
avatar

Nombre de messages : 111
Age : 30
Age du protagoniste : 30 ans
Date d'inscription : 13/03/2007

Identité
Rang: Saïko-komon
Yens: 2 000 000
Santé:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Kiryûu Seiren, chanteuse   Mar 15 Avr - 7:53

Après une passionnante lecture, je suis tristement dans l'obligation de valider ta fiche sans être dans la possibilité de dire quoi que ce soit d'autre à propos de celle-ci. Donc fiche validée, bon jeu et amuse toi.

_________________

Fear me Invité, I am a soul eater admin!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.misunderstoodpoet.deviantart.com
 
Kiryûu Seiren, chanteuse
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une chanteuse est parmis vous
» Willie ? La baleine chanteuse d'opéra débarque a Fantasia Hill (Finie)
» Laïna Parker
» BARBARA
» Chaton [ Seïren ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Tableau de messages :: Tranches de vie :: Civils-
Sauter vers: