AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Hellä, Der obZen Engel [clan Shukon]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Hellä, Der obZen Engel [clan Shukon]   Ven 16 Mai - 17:53

Prénom :

Hellä, autrement dit Tendre

Nom :

Von Murdertits, Liebling. Ne me regarde pas avec cet air là, abruti... Bien entendu que c'est un nom de scène et pas mon véritable nom de famille ! Mein Gott... es ist so viele baka.

Surnom(s):

Der obZen Engel. L'Ange obscène si tu préfères. Meine Kätzchen m'appellent juste Hell', parfois.

Nationalité :

Germano-japonaise. Quoi ? Les spermatozoïdes sont pas racistes, eux. Ce genre de mélanges existent...

Clan :

Shukon.

Âge :

Intemporelle.

On ne demande pas son âge à une demoiselle, unverschämt Du. N'espère même pas que je t'accepte comme client.

Hey !!! Rends moi mon sac enfoiré ! Mon passeport !!!

Petit encu...

Aucune éducation ces Yakuza. Tu me le paiera.


Il lit « 23 ans » sur les papiers officiels de la belle.


Métier :

J'ai fait une pipe tellement extraordinaire à l'Oyabun qu'il a fait de moi sa secrétaire personnelle pendant un temps. Il n'avait jamais été si bien pompé « le vieux », il voulait me garder sous la main. Son jouet à du finir par l'ennuyer, ich weiß nicht... J'ai été envoyée comme Maîtresse SM au Morbid Angels. Pour que « tout le monde en profite. », je cite. Je m'en moque, lui ou d'autres...

So dass es im Blut. <3

Cependant, la majorité des gens me connaissent plus comme stripteaseuse que prostituée. Je ne me fais pas embrocher dans un coin de ruelle sale comme les tapineuses bas de gamme. Si je me fais sauter, c'est par des clients triés sur le volet et dans des draps de soie. Est-ce que ça fait de moi moins une putain que ces catins qui arpentent le bitume ? Je ne suis pas orgueilleuse à ce point, mon mignon... Seulement ; c'est d'un pratique pour ce qui est des véritables services qu'attend de moi ton Oyabun.

Appelle-moi Mata-Hari. Et tant pis pour toi si tu n'es pas assez cultivé pour savoir ce que je sous entends par là.

Toujours est-il que si un homme n'a pas les moyens – ou de quoi représenter une proie... intéressante – il n'aura que le loisir de me contempler en train de m'effeuiller sur la scène du Cabaret.

Morbid Angels...

un nom exquis, tu ne trouves pas ?!



Orientation sexuelle :

Bisexuelle. Les exigences du marché...

Peluchophile, en vérité. Qu'est-ce que c'est que ça ? Baka yâro ! Je me fais du frotti frotta sur mon ourson en peluche quand je suis seule. Ach, es ist sooooo gut... und er liebt mich wirklich, Ihn.



Rang souhaité :

Der obZen Engel


Casier Judiciaire :

Null... ! Écarter les cuisses, c'est une œuvre de charité publique, pas un crime. Et de toute façon, j'ai quelques policiers véreux comme clients...



Description physique :

.... Depuis que je l'avais remarquée, attablée devant une bouteille de Cristal et en train de fumer, son affreux nounours - qui avait l'air sortit tout droit des enfers ou d'être passé entre les mains d'un chirurgien mengeleien - posé sur ses genoux, je n'arrivais pas à détacher mes yeux d'elle. Le mot hésitation n'est pas encore assez fort pour exprimer ce que je ressentais. Bordel, c'est quoi ce truc là ? Un OVNI ? Le Paradis et l'Enfer réunis ? Une cinglée qu'on devrait camisoler d'urgence en vertu du principe de précaution ?

A vue de nez, la Fée Infernale doit mesurer dans les un mètre soixante. Pas plus. Elle est toute menue, frêle et pourtant... quelle paire de nibards ! Ça doit être l'effet du corset. Blanc celui ci, ornée d'un ruban en satin sur de devant et avec des rangs de perles qui descendent en biais sur la peau dénudée de son ventre. Un ptit cœur pailleté, rouge sang, est collé sur le sein gauche. Tromperie sur la marchandise là, je le sens. C'est comme ces saloperies de Wonderbra ou les soutifs rembourrés... en plus élégant. Vachement plus élégant même. La taille que ça lui fait ! Et les hanches... surnaturel.

J'ai jamais vu un truc pareil. J'saurais même pas vous dire le style de la donzelle ! Quelque chose entre... c'est quoi de nouveau ce truc anglais là... Pour l'architecture et tout ça ? Ah ouais, le style victorien. Un truc entre ça et une Poupée déglinguée, une ballerine camée qu'on aurait abandonnée dans une ruelle crade, dans le caniveau. Une espèce de princesse débraillée, une nymphe sous LSD.

... A Virgin and a Whore...

... C'est vrai, qui croirait que c'est une putain à voir son joli haut et son jupon. Il est mignon celui là. Bouffant et tout. Très... Lolita. J'aime bien, ça donne un air d'innocence qui rend encore plus tentante la possibilité de jouer avec elle. Et puis, y a ses bas aussi. Rayés, noirs et blancs, comme des chaussettes. Coincés dans le cuir moulant de ses bottes montantes. On voit la jarretière en dentelle blanche nouée autour de sa cuisse droite aussi, par dessus la résille noire qui couvre ses jambes entre la jupe et les bas.

Sans parler de son maquillage. Les putes sont pas discrètes généralement mais là ça dépasse l'entendement. Depuis qu'on parle, elle me fixe de ses grands yeux verts cernés de noir et bats souvent de ses longs cils parfaitement courbés. J'ai l'impression qu'ils me bouffent littéralement ces yeux d'étrangère. Leur couleur m'aurait déjà fait une sensation bizarre d'ordinaire, mais avec cet attirail en plus, c'est presque une arme fatale. Elle a même un autre cœur, comme celui sur le corset, dessiné sous l'œil droit. Tout pailleté aussi mais miniature cette fois. Sa bouche... maquillée comme celle des Geisha. En forme de cœur, une fois encore et bien rouge aussi. Le teint aussi blanc qu'elles et les joues roses, comme si elle rougissait. Je finirais presque par penser que je lui fais de l'effet.

Elle rit soudainement en croisant mon regard et ses lèvres prennent une moue moqueuse.

Merde.

Elle a pigé que je fantasmais.

Et sa chevelure. Ces anglaises roses, blanches et rouges. Putain.... c'est quoi cette nana ? Un parc d'attraction sexuel sur pattes pour pédophiles en manque ? Ça craint. Faut que je me tire d'ici.

... Mais pourquoi j'arrive pas à arrêter de la regarder... ?




Description psychique :

Tout ce qu'on t'a raconté sur moi est vrai. Je suis cinglée hein ? C'est ce que tu penses, avoues. Tu te bases sur ce que tu vois et ce que tu penses que je dois être pour m'abaisser à me laisser monter dessus par tous les pervers du coin... Connard va. D'abord, si il n'y avait pas de filles comme moi, de putains comme on dit, c'est ta femme que ces pervers viendraient ramoner sans lui demander son avis. Moi, nous, on les fait payer. Et on assure la sécurité des bobonnes quand elles sortent le soir. Ils ont éjaculé, elles sont sauvées. La plupart du temps.

Je suis un Ange de Piété mon chou. Ça te la coupe hein ? Toi et ton esprit étroit ne voyaient qu'une pétasse bonne à faire les quatre volonté de ces cochons bourrés de pognon, je le sais bien. Tu es comme eux, incapable de penser avec autre chose que ta queue. Chibi kuso. Ce n'est pas comme ça que les choses se passent avec moi. Ils bavent plus que je n'en bave, sache le. Pour m'avoir, ils savent qu'ils vont ramer. Et tous les soirs, ils viennent me regarder danser. Plus ils me voient onduler, plus ils me veulent. Et plus je ris.

J'aime bien les dominer, une fois engagée. Je suis connue pour ça, un de mes numéros préférés. Si tu savais comme ça les fait bander, une toute petite nana comme moi, qui leur donne des ordres et à qui ils lèchent les pieds. C'est bien les Yakuza ça. Ils sont perdus sans autorité. Je suis la bergère des pauvres agneaux égarés en somme. Ceux en costume cravate et armés jusqu'aux dents comme celui qui se fait humilier par le PDG toute la sainte journée, forcé de la fermer s'il veut continuer à pouvoir bouffer. Tu n'imagines pas à quel point c'est distrayant de jouer à ça. Ils m'admirent. Ils le savent...

... je suis plus libre qu'ils ne le seront jamais.

Malgré la déchéance qui paraît être la mienne. C'est pour ça qu'ils se laissent enchaîner. Les esclaves, c'est eux. Autant symboliquement que réellement. Pas moi, comme tout le monde le croit. Le plus souvent, je n'ai même pas besoin de m'allonger et de me faire baiser. Ils se contentent de m'avoir approchée, des punitions et des récompenses que je leur distille au compte goutte pour les tenir dépendants. Les enchaîner. J'aime ça. Jouer.

Et puis... j'ai le spectacle. Les paillettes et le rêve, avant leur triste réalité. Je ne vis que pour ça.

Jouer. Jouer. Jouer.

Je chante aussi tu sais...

Peu importe ce que toi et tes camarades à glands peuvent penser. Je vous emmerde.

Je sais que j'ai ma liberté...



Signe(s) particulier(s) :

A voir comme elle le tient serré contre ses... hum... seins, elle semble entretenir une relation douteuse avec son ourson en peluche, Mr Agony. Et dire que je pensais qu'elle se foutait de moi quand elle se disait peluchophile. Merde... c'est qu'elle m'excite en plus à s'le frotter comme ça !

Si j'ai des signes particuliers ? Ich bin ein Blutengel, Liebchen. Mes clients adorent ma petite spécialité...

Elle me lance un regard brûlant, emplit d'une avide perversité et se met à susurrer...

Der Biss des Engels

Je ne comprends rien à son langage barbare... mais quelque chose me dit que ça doit valoir le coup. Elle s'approche de moi, dans un mouvement félin et me glisse à l'oreille :

la Morsure de l'Ange.

Merde ! Elle vient de me niaquer le cou cette salope... Je saigne. Elle se lèche les lèvres en se marrant ! C'est quoi cette tarée ?!!?! Le Boss aurait vraiment fréquenté... engagé... ce machin là ?


Buts :

Entrer dans le Guiness' Book avec la plus grande chaîne de fellations jamais réalisée dans ce bas monde ?

« Elle a sucé pendant 3 jours d'affilée ! »
. Warum nicht...

Demeurer LA plus prisée, LA plus courtisée des Poupées du beau quartier chaud, pauvre idiot ! Quel autre but pourrait avoir une Reine de la Nuit telle que moi ? Il faudrait vraiment songer à t'acheter une cervelle, Yakuza.



Arme de prédilection/Style de combat :

Ma belle paire de... Ha, tu veux dire pour les couper à qui oserai mal me traiter ? Dans ce cas... mes dents, mon Enfant.

* dévoile une paire de canines posées chez un dentiste du coin et assez... acérées *

Une corde de piano, aussi. Crois moi... ça coupe merveilleusement bien la chair... On peut même faire voler une tête avec cette petite merveille ! Et quelle discrétion ! ça se range partout...

Dit elle en plongeant la main sous sa jupe, entre ses cuisses.

Devise ou citation :

Tant qu'y a d'la bite, y a de l'espoir !

Ça marche avec chatte aussi, oui. Je suis pour la parité vous savez.




Inventaire :

  • Mr Agony, le sex-toy pelucheux dont elle ne se sépare quasiment jamais.
  • Une tripotée de corsets, jupons, collants résilles ou troués, accessoires de scène et privés.
    Pour tous les lister, il faudrait une éternité.
  • Cigarettes, longues, fumées avec un porte cigarettes noir. Étui et briquet en argent pour compléter la panoplie, offerts par l'Oyabun lui-même. Gravés chacun d'un cœur stylisé.
  • Téléphone portable bien entendu, pour booker les clients. Ou les rendez vous plus... importants.
  • Parfum et sucettes dans son sac à main. Elle ne sort jamais sans l'un ou l'autre de ces merveilles d'odeurs et de saveurs.


Dernière édition par Hellä Von Murdertits le Ven 16 Mai - 18:15, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hellä, Der obZen Engel [clan Shukon]   Ven 16 Mai - 18:01

Histoire :


Tu sais que tu commences à me faire chier ? Qu'est-ce que tu as à vouloir tout savoir de moi... T'es amoureux ? Tu comptes m'épouser ?

Va te faire foutre à la fin. T'es qu'un larbin.

Mais arrêtes de me regarder comme ça, scheise ! Oui, je suis née ici. Dans ton putain de pays de coincés. Oui, ma mère avait les yeux bridés comme la tienne. Je ne pense pas par contre qu'elle elle était aussi conne, ça m'étonnerai, sinon je mettrais autant de temps que toi à piger... C'est si inconcevable que ça, Marlène Dietrich en Geisha ?

Ah, il faut que je te fasse un dessin en plus...

Putain.

Tac tac tac.

Je rentres je sors je rentres je sors.

Encore et encore. Je ramone je ramone.

La petite conne de japonaise qui s'est laissée avoir par mes yeux clairs et mes cheveux blonds. Elle a du se prendre pour Cendrillon et moi pour le Prince, cette grognasse. Tant mieux, ça me distrait la baise, pendant mon voyage d'affaire. Elle fait chier à couiner. Je pensais que c'était silencieux les Japonais.

Aaaaaaah....
Ca fait du bien de se vider.

Si j'vais t'épouser ? Bien sûr, Liebling.

Cours toujours, pauvre cruche va. Je repars dans trois semaines. En attendant, ça serait con de pas en profiter à fond, tu crois pas ?

Voilà. Tu as la genèse.

Mon charmant papa.

Herr... je sais pas quoi. Jamais connu son nom de famille et jamais voulu savoir, pour tout t'avouer.

Le reste est tout aussi inintéressant. Maman m'a collée en pension. Elle travaillait comme une chienne pour payer. Bien fait pour sa gueule. Je lui aurait fait honte, si j'étais restée il paraît. Comme si c'était ma faute si elle était trop naïve pour le voir venir, cet enfoiré. En un sens je l'admire plus qu'elle. Lui au moins, avait une once de cervelle.

Le « vieux ». Enfin je le surnomme comme ça. Ton Oyabun quoi. C'est lui qui m'a mis le pied à l'étrier. Je chantais dans un piano bar miteux comme il y en a des centaines ici. Je vivotais avec un salaire de misère et les quelques pourboires des imbibés qui échouaient là après le boulot, qui aimaient ma voix. Je suppose qu'il était venu là pour négocier un contrat, ou récupérer une dette je sais pas, loin des regards indiscrets en tout cas. Personne n'aurait pensé à le chercher dans un coin aussi anonyme pour sûr. Il m'a fait demander après mon tour de chant. La suite tu la connais... Mais si ! C'est que tu écoutes rien en plus, on dirait. Tu comptes me faire perdre mon temps ? Tu sais combien on me paye à l'heure... ? Ca va finir par te coûter cher, si tu te fous de moi.

Ton petit doigt... pourquoi pas.

Bref. Je lui plaisais apparemment. Emballé c'est pesé. Il avait beaucoup d'argent et d'influence qui plus est. J'aurai été stupide de refuser. Officiellement, c'est comme secrétaire particulière que j'ai été engagée. Officieusement, j'ai été sa maîtresse pendant plus d'un an. Pas assez idiote pour me faire engrosser comme certaines cela dit. Aucune envie qu'on m'exile sur un de ces îlots pourris autour du pays, parce que la poule légitime aurait été contrariée. Quant il en a eut marre, il m'a collée au Morbid Angels, comme tu le sais, vu que tu m'y vois tous les soirs.

Ouais, qu'est-ce que tu croyais. Pas dur de reconnaître un habitué.

Bref. La vie a commencé ici pour moi. J'ai pu devenir l'Oiseau de Nuit enchanteur que je suis. Tu ne nies pas hein ? Non, rêves pas mon tout petit. Je ne passerai pas une minute dans un lit avec toi.

Casses toi maintenant... Tu me fatigues. A moins que tu ne veuilles que ... Monsieur Nakajima ne s'occupe de toi ?

Auf Wiedersehen, Ratte !

Oui, c'est cela...

Sayônara...

si tu préfères. Connard.
Revenir en haut Aller en bas
Okane Iori
~tanjû no me~
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 32
Age du protagoniste : 27 ans
Date d'inscription : 13/03/2007

Identité
Rang: Shatei-gashira
Yens: 10 000 000
Santé:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Hellä, Der obZen Engel [clan Shukon]   Ven 16 Mai - 18:40

Validé, rien à dire la dessus *d'après Seiren*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laloidumilieu.1fr1.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hellä, Der obZen Engel [clan Shukon]   Ven 16 Mai - 18:46

Danke <3

mais on dirait qu'elle me boude, ouin...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hellä, Der obZen Engel [clan Shukon]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hellä, Der obZen Engel [clan Shukon]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Premier Baptême... |Tout le Clan|
» Nouveau super pack de clan !
» La Guerre des Clan - Thelegend - Partenariat ? # Besoin de Membres.
» NTW3 Clan Wars League
» Mon petit clan ( enfin ce qui est peint)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Tableau de messages :: Tranches de vie :: Clan Shukon-
Sauter vers: