AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Tensui Ikaru, Shingiin

Aller en bas 
AuteurMessage
Tensui Ikaru
Gueule d'ange
avatar

Nombre de messages : 292
Age du protagoniste : 24 ans
Date d'inscription : 21/02/2008

Identité
Rang: Shingiin
Yens: 0, pas un rond!
Santé:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Tensui Ikaru, Shingiin   Ven 11 Avr - 19:38

Prénom : Ikaru
Nom : Tensui
Surnom(s): Gueule d'ange.

Nationalité : Japonais

Clan : Sensu

Age : 24 ans (je vous rassure, il ne les fait pas). Plus précisément le 12 juillet 1984 (c'est donc un rat de bois niveau astrologie chinoise)
Métier : Shingiin
Orientation sexuelle : Si un jour des sentiments doivent naître, cela ne dépendra pas du sexe de la personne... Mais a priori ce n'est pas prêt d'arriver.

Rang souhaité : Hiver éternel

Casier Judiciaire : /

Description physique :
De la douceur et la finesse des anges ses traits délicats sont marqués. Ne seraient ces hanches étroites et ce buste plat, sa silhouette frêle pourrait bien appartenir à quelque jouvencelle amaigrie... Cupidon androgyne et fragile à la modeste taille et au corps gracile, Ikaru évoque davantage le roseau qui ploie ou le bambou jouet des rafales du vent que le chêne fort et puissant; caractéristique qui se transmet dans sa façon d'aborder les éléments: sous l'orage, le jeune homme préfère plier en apparence pour mieux se redresser plutôt que finir déraciné ainsi que l'arbre trop fier de la fable...
Imperturbable, les seuls pouvant se targuer d'avoir vu son visage s'illuminer et le reste de son enveloppe charnelle s'animer sont certainement ceux qui fréquentent une salle de tribunal. Triste et mélancolique, âme solitaire dans un monde à la fois trop étroit et trop grand, nul n'imaginerait que cet enfant perdu aux amours malheureuses puisse exister dans les replis d'un coeur habitué à dissimuler sous un épais tapis de neige ses émotions naissantes.
Fier, distant, sans trop savoir si c'est par peur, pour se protéger des autres ou alors protéger les autres de ce qu'il est, Ikaru ne sait pas vivre et il faut croire que cette incapacité à ressentir s'est répercutée sur son physique: angelot de pierre figé dans cette jeunesse ainsi qu'un nourrisson dans son sommeil de langes cotonneuses, de rêves lointains et oubliés, de songes à peine esquissés, le brillant avocat envié de ses pairs est pourtant peut-être le plus malheureux d'entre eux.

Fluet, menu, cet homme de loi mystérieux est pétri de paradoxes... Vilain petit canard au corps chétif et au visage d'enfant, cette "faiblesse" est justement ce qui fait son charme. Délicat, gracile comme une rose éclose à l'aurore, sans épines encor, l'assurance qui émane de lui lorsqu'il plaide quelque cause le rend égal à un cygne qui s'élève et fascine par son rôle gracieux.

Rencontrez-le dans la rue: le garçon semble mettre inconsciemment entre lui et vous non pas un simple fossé... mais des remparts, des grilles et tout un château fort. Tel un masque fermé, sa jolie gueule d'ange se trouve alors dénuée de toute expression, si ce n'est peut-être cette légère moue, à peine perceptible, mais fort désagréable de... mépris? Tout plein de superbe et de morgue, ce jouvenceau évoque quelque animal sauvage et farouche, un dragon mythique qui vous regarderait de ses yeux verts aux reflets d'airains si vous osiez trop approcher sa tanière, levant un regard inquisiteur sur l'importun menaçant son trésor ou son repos... Sa posture semble tantôt avoir cette nonchalance typiquement anglaise teintée d'élégance, tantôt cette rigidité caractéristique également de ce peuple tellement à cheval sur les convenances. Que ses vêtements lui donnent quelque allure chic et décontractée ou sobre et classieuse, ceci influe très peu sur son comportement, et le sieur ne semble pas changer d'un iota dans une soirée mondaine ou dans une taverne mal famée _ce qui est assez effrayant en soi.

Par contre...
Croisez-le dans un tribunal: il n'est plus le même. Sa verve et sa fougue transparaissent, son regard étincelle, sa bouche s'anime.... Brillant, il émane alors de lui toujours une aura indéfinissable mais elle aussi transformée... Charismatique, sûr de lui, on en oublie sa petite taille, son visage androgyne, son corps frêle... Quand il parle, on se tait et l'écoute, sans appréhension cette fois. Tantôt posé ou virulent, les cours de justice sont seules à avoir vu ce jeune garçon se révéler. Le tribunal et l'extérieur sont comme deux mondes incompatibles... ainsi peu de personnes peuvent se vanter de côtoyer le Shingiin du clan Sensu dans ces deux univers... et c'est peu dire que ces êtres sont pour le moins surpris d'avoir affaire à Ikaru dans un autre contexte, au point que certains le soupçonnent d'être schizophrène ou bipolaire...

Description psychique :
La solitude...
Comme un poison, une délivrance à toutes les souffrances, une souffrance nouvelle...
La solitude comme un ciel noir où resplendir sans berger à mener, sans âme éplorée à apaiser et réchauffer...
La solitude comme un hiver éternel pour mieux endormir les coeurs, geler les pleurs...
La solitude comme une différence, une aube nouvelle, un crépuscule éternel...

Astre inaccessible, misanthrope qui a pourtant un besoin intense, viscéral... des autres. Sans eux il n'est rien, et pourtant il s'en défend, s'éloigne et se protège, tel un amant qui à force de larmes finit par ne plus vouloir aimer...

Vorace, avide de cette vie qu'il découvre chez les autres, la loi est son exhutoire, l'étude et la veille ses seuls moyens de fuir cette réalité qui l'oppresse, réalité qu'il côtoie pourtant d'autant plus qu'il se doit de par son statut de ne rien manquer du présent qui agite les entrailles de ce monde, joailler observant de cet éternel air froid et désabusé les rouages et ressors de cette société afin de mieux la ciseler à sa convenance...

Epris de rêves et de féérie, il échappe parfois à cet avocat que les moins complaisants aiment qualifier de sinistre un sourire révélant une fossette, éclat de joie creusant sa joue pâle pour un éphémère instant...

Paradoxalement, Ikaru est quelqu'un d'extrêmement doux. Cet être d'ordinaire si froid, si fier semble se transformer du tout au tout une fois abaissées ses barrières. Lui qui fuit tout contact physique, lui qui semble raide comme une tige de fer devient attentif, respectueux, presque soigneux et précautionneux lorsqu'il est amené à devoir toucher qui que ce soit... Ses gestes se font plus lents, plus tendres, son regard se voile d'une nuit d'amour entremêlée de regrets et d'oubli alors qu'il contemple la victime délaissée... Victime... Il partage la peine mais au lieu de s'emparer du rôle de justicier, il défend ceux qui des années auparavant l'ont humilié, battu. Mais même dans ces moments "privilégiés" _se déroulant généralement seulement au chevet de sa mère lorsque celle-ci tombe malade_ le jeune homme ne sait pas faire fi des frontières et conserve toujours cette étrange aura qui le rend lointain et inaccessible, malgré une lueur dans son regard trahissant sa présence certaine à vos côtés.


Signe(s) particulier(s) :
-Métis (père japonais, mère allemande... maîtrise d'ailleurs les bases de sa langue maternelle et a tendance à jurer en allemand) ce qui explique ses cheveux châtains et son regard vert aux reflets d'airain, bien qu'il ait les yeux bridés, et une peau de porcelaine.
-Les oreilles percées
-Fan de certaines séries télé (telles que Desperate Housewives)
-Est un grand enfant, même si personne ne le sait.
-Gringalet (petit et à la limite du chétif) qui cache bien son jeu (sec et nerveux)
-Adore la cuisine occidentale; grand amateurs de vins blancs français (Sauvignon, Monbazillac...)
-Un peu paranoïaque, préfère toujours travailler sur des supports de type livres et dossiers de peur que son ordinateur ne soit piraté.
-A un rat noir stylisé tatoué sur l'épaule droite et semblant y dormir, la queue de l'animal s'enroulant autour de son bras (fan d'astrologie chinoise? Si peu... ^^")
-Superstitieux (toujours cette histoire de signes chinois)

Buts : Briller, encore et toujours.

Arme de prédilection/Style de combat : Le Sappô
( http://fr.wikipedia.org/wiki/Sapp%C3%B4 )

Devise ou citation : Le grand homme est comme l'aigle ; plus il s'élève, moins il est visible, et il est puni de sa grandeur par la solitude de l'âme. (De l'Amour de Stendhal)

Un poète est un rossignol qui, assis dans l'obscurité, chante pour égayer de doux sons sa propre solitude. (Shelley)



Histoire :

La violence...
Partout, comme une souveraine étendant son sombre manteau alors que ses sujets les uns après les autres ploient afin de transporter sa traîne...
Homo homini lupus... L'homme est un loup pour l'homme. Il a finit par y croire à cette philosophie. Pourquoi...? Et surtout comment...? Comment un garçon sensible, rêveur et idéaliste a-t-il pu se fabriquer une telle armure? Peut-être son passé éclairera-t-il ce mystère...


D'aucun connaissent le système japonais: particulièrement dur, il élimine non seulement les mauvais éléments en les excluant d'écoles réservées à l'élite, mais une fois ces écoles intégrées, la pression est telle que nul ne peut se vanter d'avoir dans sa classe un camarade qui ne se soit pas suicidé _ou l'ait au moins tenté. Imaginez donc maintenant un garçon avec un visage de fillette et aux allures d'oisillon malade se révélant un élément extrêmement brillant... Je suppose que vous devinerez sans peine qu'Ikaru _puisque c'est de lui dont il s'agit_ fut brimé, battu, rejeté pendant une grande part de sa scolarité. Se heurtant aux lois bien à part d'un monde tout entier soumis à la rage de ses propres créatures trop envieuses, victime d'injustices perpétuelles, Ikaru ne devait manquer de développer très vite un goût certain pour un sens éthique préservant le faible face au fort. Code d'honneur certes louable, mais incompréhensible lorsque l'on voit ceux qu'il sert aujourd'hui. Ajoutez au fil du temps (et donc de sa scolarité) un écart d'âge croissant alors qu'il sautait deux classes et se retrouvait en compagnie d'élèves plus âgés que lui et vous comprendrez que la situation menaçait de devenir carrément invivable et même infernale...mais.

Mais...
Diverses raisons font qu'Ikaru appartient aujourd'hui au clan des privilégiés et non celui des suicidés.
Voici la première: acquérant ses premières plumes châtoyantes à la place de ce terne duvet, les filles commencèrent à prendre de l'intérêt pour celui qui de petit garçon rachitique devint une sorte de figure de jeune romantique solitaire et tourmenté et fantasmèrent des rumeurs parfois incongrues à son sujet, son silence alimentant d'autant plus les commérages.
Et alors que des garçons jaloux se mettaient à le menacer un soir, le professeur de Kendo intervint pour lui sauver la mise. Episode qui eût peut-être l'effet déplorable de le faire passer pour une lopette incapable de se défendre seul ou encore le petit chouchou _voire le jouet_ de cet enseignant mais calma les plus virulents dans un premier temps... temps qui servit à son sauveur à lui apprendre l'art du Sappô. Devenu donc la coqueluche de ces dames, en mesure de se protéger physiquement de ses adversaires aux pulsions barbares. Période de paix toute relative qui lui permit de reprendre pied et ne pas se décourager, d'autant plus salutaire que le garçon allait se retrouver confronté à d'autres problèmes.

La pression morale que tous subissaient de la part de leurs professeurs et qu'Ikaru pensait connaître s'intensifia par la suite... Mesquinerie, chantages, rumeurs... autant de preuves de pusillanimité pour de prétendues génie destinés à faire partie de l'élite intellectuelle... élite qui côtoyée de près se trouvait plus méprisable encore que bien des hommes... ou encore qui eut le don de faire perdre tous ses espoirs d'Idéaux à notre jeune ami. Ses échecs amoureux ne furent pas pour l'aider: bien au contraire, c'est ce qui finit de rendre Ikaru égal un misanthrope désabusé. A la fois fasciné et dégoûté par la société et ses semblables, le sieur Tensui préfère donc observer depuis sa haute tour d'ivoire, sa cage de verre ceux qui l'entourent, ne s'impliquant que lors de batailles juridiques (et seulement juridiques).

Mais pourquoi travailler pour le clan Sensu me direz-vous? Pour quelqu'un qui cherche à fuir toute forme de responsabilité ou de dépendance envers autrui, cela peut sembler étonnant... Mais si ce jeune homme n'aime pas s'engager au niveau émotionnel ou relationnel _ou alors avec une infinie prudence pour les seules amitiés qu'on lui connaisse_ il n'en est rien pour le travail. Au contraire, plus de choses sont en jeu et plus cela l'intrigue, le passionne. Or un clan de yakuzas, ce ne sont pas de banales affaires de divorce... Ce sont des luttes d'argent, de pouvoir, des soucis d'honneur et de réputation... Luttes dont Ikaru se contrefout, mais il a au moins le moyen de briller, et suffisamment de fierté en remportant des procès si difficiles à mener.

Notes complémentaires:
A fait quelques voyages en Europe, ce qui explique sa fascination pour leur culture (il adore particulièrement, outre leur cuisine, la musique classique occidentale)
Son ascension au poste de Shingiin reste un mystère, un secret connu de lui seul ainsi que de Sawada... Sans doute également l'Oyabun.



[b]Inventaire :[/ b]
-Toujours de fines et longues cigarettes (considérées comme des cigarettes de dame... ou de pd) avec un briquet, cela va de soi.
-Généralement des costumes classiques (pantalons de toile/à pince, chemise avec ou sans cravate) bien qu'il lui arrive de porter des kimono... mais plutôt chez lui ou alors seulement lors de cérémonies officielles
-Une vieille coccinelle bleue (la même que sur la photo mais dans une autre couleur donc) http://www.caradisiac.com/media/images/collection/volkswagen_coccinelle.jpg
-Un ordinateur portable au moins pour ses recherches urgentes à faire sur internet (pas un gadget dernier cri, juste un modèle performant)
-Un téléphone portable (noir, basique, discret)
-Une mallette en cuir brun avec quelques dossiers peu importants (ceux qui le sont sous mis sous clé dans son bureau)
-Une bague à l'annulaire droit, trois boucles d'oreille sur le lobe droit, un sur le lobe gauche (cette dernière étant constituée d’un saphir enserré d’une résille d’argent... Offerte par son père pour ses 10 ans, il y est particulièrement attaché, même s'il ne connaît pas vraiment l'histoire de ce bijou...)
-Un agenda tout simple (pas même un machin électronique)
-Les clés de chez lui évidemment
-Son livre du moment, et également un carnet où il recopie ses poésies, extraits et citations préférées.
-Un stylo plume et un crayon
-Une montre-bracelet en argent représentant un rat endormi autour du cadran et dont la queue sert de bracelet.

[Bon, désolé, c'est assez court, mais je n'aime pas révéler trop de choses sur mes personnages... Sinon cela enlève du mystère, et par conséquent de la surprise.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vampires.heavenforum.com/index.htm
Okane Iori
~tanjû no me~
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 32
Age du protagoniste : 27 ans
Date d'inscription : 13/03/2007

Identité
Rang: Shatei-gashira
Yens: 10 000 000
Santé:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Tensui Ikaru, Shingiin   Ven 11 Avr - 19:58

Ne t'en fais pas pour la longueur de ta fiche, ton style inimitable me conquiert toujours autant. Le seul reproche que je peux te faire c'est elle est où la suite ? XD

Enfin reprenont notre sérieux, tu es validé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laloidumilieu.1fr1.net
 
Tensui Ikaru, Shingiin
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Tableau de messages :: Tranches de vie :: Civils-
Sauter vers: